SMZV : Syndicat Mixte de la zone du Verdon

 

Réduisons et trions nos déchets, un geste bon pour la nature et pour le porte-monnaie

L’impact le plus important sur l’augmentation de la REOM1 est la TGAP2. Cette taxe est calculée sur le volume de déchets entrant dans le centre d’enfouissement. Les investissements du Syndicat en vue de l’obtention de la certification ISO 14001 ont permis de maintenir une TGAP moindre3. Cela n’empêche pas que la priorité est de maîtriser les volumes de déchets en développant le tri à la source, en rénovant les déchetteries, en optimisant la collecte des ordures ménagères.

Notes :

Redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM) : 248 € en 2016

Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP)

Taux de 32,13€/T en 2016, contre 42€/T sans la certification.

 

La stabilisation de la REOM ne peut passer que par le tri

Quelles sont les mesures prises par le SMZV pour améliorer la qualité du service rendu ?

Les tournées du tri et des ordures ménagères sont contrôlées. Les agents du syndicat vérifient le service fait et relèvent les incivilités. De même, chaque appel d’un usager fait l’objet d’une vérification.

En cas de stationnement sauvage, empêchant l’accès aux conteneurs le Syndicat est en liaison avec les services municipaux qui verbalisent ou font procéder à l’enlèvement des véhicules.

 

Déchetterie

L’investissement pour l’amélioration des déchetteries

Après celle de Vinon, les déchetteries de Rians à partir d’octobre 2016 et de Saint Julien en 2017 seront réhabilitées.

Ces aménagements permettront d’être en conformité avec la réglementation.

Ils concernent la mise en place d’un pont bascule dans chaque déchetterie pour la pesée des véhicules et la rénovation des quais de déchargement.

 

Le développement de nouvelles filières de tri

La revalorisation et le recyclage de la matière passe par la séparation des flux.

Prenons l’exemple de la filière éco-mobilier qui illustre la passation de contrats avec des prestataires privés.

Des bennes spécifiques « déchets d’ameublement » sont mises en place dans les déchetteries de Seillons et de Barjols depuis le 1er janvier 2016. La déchetterie de Rians en sera équipée en 2017. Stockés dans les déchetteries, les meubles sont directement récupérés par Eco-mobilier sans passage par le centre d’enfouissement.

Autre exemple : les cartons. Leur exutoire se trouve en déchetterie et non dans les bacs ordures ménagères.

A savoir : une tonne de cartons enfouie coûte 140€, alors qu’une tonne de cartons triée revendue rapporte 80€.

 

Conteneurs (semi) enterrés

Objectif : renforcer les possibilités de tri pour les usagers

Pour faciliter le tri des déchets ménagers et améliorer l’esthétisme des espaces publics au cœur des villages, la Communauté de Communes finance la mise en place progressive de conteneurs enterrés et semi-enterrés.

Ces points tri et déchets ménagers sont positionnés sur des axes de circulation fréquentés ou à proximité de zones d’habitat important. Associer les conteneurs de tri (papier, verre et emballage) à un conteneur de déchets ménagers permet d’améliorer le geste du tri des utilisateurs. Pour le Syndicat, le tri effectué en points d’apport volontaire (PAV) ou en déchetterie engendre des économies de traitement.

Il est plus facile de trier et d’éliminer ses déchets en un seul passage au conteneur.

Le nombre de points tri a augmenté depuis 2013. A ce jour, 127 conteneurs enterrés pour un coût global de 702 000€ ont été installés. Huit nouveaux PAV (soit 32 conteneurs) sont prévus fin d’été 2016.

Le nombre de points tri a augmenté depuis 2013. A ce jour, 127 conteneurs enterrés pour un coût global de 702 000€ ont été installés. Huit nouveaux PAV (soit 32 conteneurs) sont prévus fin d’été 2016.

 

Patrick SALMERI

Président du Syndicat Mixte de la Zone du Verdon